Kinésithérapie : Marie Noel Ntone, la Doc aux mains habiles

0
415

Au Cameroun, la Kinésithérapie a désormais une solution, elle s’appelle Marie Noël Ntone. Jeune, c’est une passionnée de la médecine sportive.

Marie Noël Ntone A Ekorong est née d’une famille de 7 enfants, dont elle est 4e. La jeune dame s’est formée à l’Issba (Institut Supérieur des Sciences Biologique et Appliquée). Pendant 3 ans (2017-2018, 2018-2019, 2019-2020), elle a été très assidue. Ensuite, elle est passée par plusieurs grands de la Kinésithérapie au Cameroun tels : Cyrille Nguea, Dr Dimitri Avougmou et le Dr Atouba avec qui elle poursuit le travail.

Aguerrie en premier secours également, Marie Noël est d’une polyvalence recherchée. Actuellement, elle offre ses services à la Clinique du Dr Atouba, situé à Yaoundé, dans les locaux du stade omnisports Ahmadou Ahidjo. Tous les matins, elle est fidèle au poste.

De plus, il y en a qui ont de la chance, ce sont les Guerrières de AS Awa fc. Avec ce club de football féminin engagé en Guinness Super League, Marie Noël Ntone a déjà passé trois passionnantes saisons. Deux fois championne de la Guinness Super League (2021 et 2022) et un tour préliminaire de la Ligue des Champions féminine Africaine à la clé (2021), avec une victoire dans son escarcelle.

Comme toute entreprise, ça n’a pas été facile, mais une Lionne reste toujours indomptable. « Si je fais la Kinésithérapie, ce n’est pas quelque chose que j’avais pensé ou que j’avais rêvé. Au départ, je voulais faire dans la science infirmière, mais avec beaucoup de conseils, je me suis dirigé vers la Kinésithérapie. »

Quelques difficultés rencontrées, mais elle a trouvé de la forces. « Au départ, c’était tellement difficile pour moi, ayant un Bac A, je me suis retrouvé avec tellement de matières scientifiques, ça été vraiment compliqué pour moi. Au début, même, j’avais tendance à vouloir renoncer, mais au fur et à mesure que le temps passait, je me retrouvais avec beaucoup d’encouragements de la famille, des professeurs qui disaient aimer travailler avec les littéraires plus que les Scientifiques parce que le littéraire a plus d’ouverture d’esprit. C’est ça qui m’a beaucoup motivé aussi. Quand je voyais mes notes j’étais devant beaucoup de personnes. Du coup, après les 3 ans de formations, je me suis retrouvé en train de faire beaucoup de stages de perfectionnements. ».

Dans son club, l’infirmerie n’est jamais longtemps fournie. Si ses patients l’appellent affectueusement Doc, c’est parce qu’elle ne lésine pas sur les moyens pour les remettre sur pieds. « J’aime ce que je fais et je suis fiers parce que j’ai réussi à m’imposer dans ce milieu où au départ c’était vraiment difficile. ».

Jusqu’ici, aucun patient n’est reparti insatisfait, lorsqu’il a reçu les soins de Marie Noël.

Leave a reply